Pourquoi je fais ce que je fais

Bonjour et bienvenue sur mon blog.

 

Je voudrais vous dire pourquoi je veux faire connaître mon activité à travers la création de ce blog.

 

En 1998, j’ai compris ce que j’aimais faire dans la vie : réussir et aider les gens à réussir à atteindre leur but en respectant leur personnalité.

 

J’aime voir cet éclair qui brille dans leurs yeux quand tout d’un coup ils comprennent qu’ils sont capables de construire leur vie, qu’ils ont tout pour y arriver.

 

Or notre monde est en pleine mutation et on y perd ses repères.

 

Le système économique actuel est en péril. Je ne rajoute rien. Vous êtes au courant, n’est-ce pas ?

 

La technologie remplace de plus en plus les hommes. Bien sûr il y a du bon car les travaux pénibles vont pouvoir être confiés à des robots et permettre d’alléger la peine de l’être humain. Mais, vous le savez, cela amène à de pénibles prises de décisions comme les licenciements.

 

La vie se rallonge grâce à la technologie entre autres, les progrès de la médecine, la meilleure connaissance de ses propres besoins. Donc une population de plus en plus âgée, et c’est très bien.

 

Mais d’un autre côté les actifs sont de moins en moins nombreux. De plus les couples ne sont plus forcément intéressés à avoir des enfants. Donc le nombre d’actifs est en constante diminution. Or ce sont eux qui paient nos retraites.

 

Nous sommes nombreux à nous rendre compte que tout le système commence à se bloquer.

 

Comme je suis une femme senior, ce sont les femmes seniors que je me sens le plus apte à aider. 

 

Aider à quoi ? A trouver des moyens pour vivre dignement, avec intelligence et passion, en toute autonomie, pour participer à un monde meilleur.

 

Et quoi de plus simple que de partir de vos talents, de vos passions pour en faire une source de revenus.

 

 

Mais je vais trop vite et j’ai oublié de vous dire qui je suis et comment j’en suis arrivée à faire ce que je fais aujourd’hui.

Tout est dans notre tête

Je m’appelle Vinh, Vinh Giaume

 

Je suis née au Viet Nam, dans le quartier chinois : Cholon.

 

Mon grand-père maternel était chinois.

 

Il a quitté sa famille à 14 ans car il ne supportait pas la seconde épouse de son père.

 

Il est arrivé à Saïgon, aujourd’hui Ho Chi Minh.

 

Il a travaillé comme petites mains dans différents restaurants.

 

Sa persévérance et l’amour de son métier l’ont amené à une très belle réussite : il est devenu le propriétaire de plusieurs restaurants renommés.

 

Je ne l’ai pas connu.

talents métier réussite grand père restaurants

 

Mais je me suis fabriqué un grand-père sage et sûr de lui.

 

J’ai aussi décidé qu’il m’aimait comme un grand-père aime sa petite fille préférée.

 

Je l’ai toujours senti à mes côtés.

 

A l’âge de 3 ans, j’ai quitté le Viet Nam et j’ai rejoint la France avec ma famille.

 

Je me souviens d’un magnifique paquebot, tout blanc, plein de soleil

Le monde comme terrain de jeux

L’histoire du Vietnam a guidé ma vie tant personnelle que professionnelle.


Elle a créé en moi l’envie formidable d’arrondir les angles, de faire accepter les différences, d’oser faire autrement.

 

Je voulais aussi qu’un détenteur de l’autorité prenne sa décision dans le respect de l’intégrité de ceux auxquels elle s’applique.

 

J’ai ainsi choisi de me former au métier de diplomate.

La vie m'a offert d'autres choix

En fac de droit, je suis tombée follement amoureuse d’un drôle de type dont le discours de drague consistait à m’expliquer en quoi consistait l’économie politique.

 

Et nous nous sommes mariés 2 ans plus tard. Florence est venue embellir ma vie, Prisca et Alexandre sont venus ensuite remplir mes jours  de rires, de tendresse et de clowneries.

 

Entre temps et en même temps, nous avons créé un cabinet d’expertise comptable et réussi à le développer.

talents métier réussite mes enfants

Donner un sens au refus

Mon mari ne voulait pas courir après sa femme à travers le monde. Nous sommes restés à Paris.Nous avons créé un cabinet d’expertise comptable.

 

Et je me suis aperçue qu’il y avait, là aussi des angles à arrondir. 

 

L’une de mes joies a été d’introduire les nouvelles technologies au sein du cabinet. Ce pas immense s’est fait dans un climat de curiosité, d’envie de comprendre et d’entraide entre les comptables et les assistantes, au bénéfice de nos clients.

 

La fierté de ce que l’équipe vivait eut de belles conséquences sur leur attitude clients. Et la relation avec ceux-ci devint telle qu’ils furent nos meilleurs prescripteurs.

talents métier profession informatique

L'engagement comme allié

Dans le même temps, membre d’une association de défense des droits de l’homme, mon rôle fut d’intéresser et de fidéliser les parlementaires à notre action.

 

Et ils ont été  de merveilleux soutiens et partenaires.

 

J’ai aussi réussi à intéresser une chaine de télévision à notre action. Nous avons tourné un film, non autorisé officiellement, en faveur de nos protégés. Grâce à l’aide de ces journalistes, ceux que nous défendions ont pu quitter le pays dans lequel ils étaient prisonniers. Un vrai bonheur !

 

Le grand reporter, Daniel Leconte et le cameraman, Jean Louis Saporito, ont été récompensés par le prix de la LICRA. Cela a été aussi un grand bonheur !

talents réussite Daniel Leconte - Victor Elistratov - Vinh

Quand une étoile s'éteint...

17 juillet 1977. 

Les montagnes sont magnifiques.

Le ciel est tendre.

Le soleil infatigable.

Un tonneau sur la route qui descend vers la vallée.

Florence part vers un monde que je ne connais pas.

Le cadeau des dieux : mon mari, Prisca et Alexandre sont indemnes et je peux les serrer dans mes bras. 

Décider d'agir sur l'aiguillage

Lorsque notre couple a pris des chemins différents, les organismes d’aide à l’emploi m’ont jugée trop âgée (j’avais 35 ans…) pour m’aider à trouver un premier emploi.

 

En effet, j’avais travaillé 14 ans en bonne épouse, sans salaire.

 

J’ai alors  créé ma première société, Telewrit, en 1984. Lorsque la micro-informatique s’est installée dans les entreprises, elle a rencontré bien des rejets.

 

Certains hauts cadres mêmes refusaient cette nouvelle technologie, pensant qu’elle allait compliquer leur travail et leur relation aux équipes.

 

Ma mission était de faire tomber les barrières.

 

Les hauts cadres  réticents avec lesquels j’ai travaillé sont devenus les défenseurs convaincus de la micro-informatique dans leur entreprise.

 

J’étais très heureuse de cette réussite alors que mon entourage essayait de me dissuader de créer une entreprise et m’encourageait plutôt à accepter les petits emplois qu’on me proposait.

Avoir confiance et accepter de changer

Peu à peu j’ai senti que le marché de la formation bureautique allait en déclinant car les logiciels devenaient de plus en plus intuitifs.

 

Depuis 1984, je me formais au développement personnel pour faire tomber les barrières comme je vous l’ai dit précédemment.

 

Aussi ai-je créé ma seconde entreprise, Cohérence-V, en 1998, focalisée sur l’acceptation de nos émotions et de nos croyances.

 

Je voulais créer, au sein des entreprises, un état d’esprit qui permette d’éviter les conflits inutiles et d’avancer malgré nos différences.

 

Cela a permis à certains d’entre eux de mieux faire passer les messages venant de « plus haut », de s’affirmer auprès de leurs équipes en évitant résistance et conflit.

 

En modifiant leur management certains d’entre eux ont pu obtenir des responsabilités et une autonomie qu’ils réclamaient depuis plusieurs années. 

 

Eh oui ! Les émotions ont bien un impact sur nos comportements, et nos comportements sur notre carrière et sur notre vie tout simplement.

 

Et même si cela a pu faire bondir certains, j’avais réussi à faire admettre que les émotions existaient bien au sein des entreprises, en 1998, alors que le coaching était regardé comme une  plaisanterie.

 

Là aussi, quand je parlais de développement personnel au sein des entreprises, les plus sympa souriaient gentiment.

 

On me poussait à continuer de développer ma première activité.  On me disait que ce que j’envisageais ne pouvait pas réussir. 

 

Et pourtant c’est ce superbe métier de coach qui fait mon bonheur professionnel depuis 1998.

talents métier réussite victoire ballons

Arrondir les angles pour avancer efficacement

Réussir à dépasser les obstacles que la vie met sur notre route

Réussir à affronter le regard des autres pour réussir

Mon ambition est de partager tout cela avec vous

Iconic One Theme | Powered by Wordpress